Les élections législatives du 25 mai 2014

Les élections européennes, législatives et régionales du 25 mai 2014

Seneffe, bureau de dépouillement 18 A. Ecole libre de Seneffe, Rue du Miroir à 7180 Seneffe.

C’est le cinquième usage de l’Urne Virtuelle, et le deuxième de la version web, en Php & MySql.
Cette année, nous dépouillerons le plus grand bulletin de vote de ce scrutin :

C’est le travail le plus dur, on ne l’a pas choisi.

Cliquez sur chaque image pour la voir en pleine taille.

L’équipe est prête, l’ordinateur tourne, le logiciel attend.
Il y a tellement de partis et de candidats que, cette année, on n’a pas pris le vidéoprojecteur, dont la résolution de 1024 X 768 est insuffisante.
L’écran plat LCD offre une résolution supérieure : 1280 X 1024.
Il est 16:05
Le premier bureau de vote vient déposer son urne, avec une heure de retard …
Quelques volontaires déplient les bulletins et les orientent tous dans le même sens, pour en faciliter la lecture.
Le reste de l’équipe numérote, lit et encode, sous la supervision du témoin de parti
(la dame au milieu, en retrait).
A l’arrière-plan, deux assesseurs déplient, orientent et empilent les bulletins de vote.
A l’avant-plan, un assesseur numérote les bulletins, un autre les lit, le témoin surveille la lecture et l’encodage.
Assis à droite, j’encode.
Vue rapprochée du travail en cours.
L’ensemble du bureau travaille dans la bonne humeur, le travail avance, chaque bulletin n’est manipulé qu’une seule fois.
Pas de tri préalable par parti, pas de séparation en paquets de cases de têtes, effectifs, mixtes et suppléants.
Un encodage séquentiel des bulletins issus de l’urne.

Le second bureau de vote arrive.
Lorsqu’il dépouille, l’ordinateur mélange les bulletins en mémoire.
Nous pouvons donc directement commencer l’encodage, sans attendre l’arrivée du dernier bureau de vote pour mélanger les urnes.

Lorsqu’un bureau de vote arrive, nous interrompons l’encodage pour inscrire, dans l’Urne Virtuelle, le nombre de bulletins qu’il déclare nous donner.
Le Juge de Paix, superviseur du canton, sera directement informé de leur arrivée, ainsi que le call center électoral.

Lors de l’encodage, l’Urne Virtuelle compte les bulletins de chaque bureau de vote, pour en comparer le nombre de bulletins effectivement encodés avec celui déclaré par le bureau de vote.
Nous sommes donc informés, en temps réel, de la progression de l’encodage.

Le flux de bulletins encodés s’empile sur le tas de sortie unique.
Il n’y a pas de tas séparé par parti. Impossible donc de recompter une liste en cas d’erreur et de refus du greffe.
Mais une erreur est impossible, puisque l’Urne Virtuelle vérifie les balances carrées en temps réel.
On déplie, on empile
On numérote, on encode …
Tous les partis sont proposés à gauche.
Dès qu’on en clique un, le logiciel propose la liste de ses candidats.
Un long encodage séquentiel.
Vue d’ensemble du bureau.
Comme en 2012, un assesseur, non formé au préalable, a spontanément pris le logiciel en main, et s’en est servi avec aisance.
Y compris pour les manoeuvres plus complexes, comme la correction d’un bulletin en cas d’erreur d’encodage.
L’Urne Virtuelle est tellement simple et conviviale qu’il n’est pas nécessaire d’en former les opérateurs à son maniement.
Il me serait du reste impossible de rencontrer mes assesseurs à l’avance, puisque je n’en possède pas les coordonnées.

Ce qui était autrefois une corvée manuelle fastidieuse est maintenant devenu ludique.
Les participants qui avaient déjà effectué un dépouillement manuel ont apprécié.

L’assesseur continue d’encoder.
Gros plan sur l’écran d’encodage, la porte d’entrée des bulletins de l’Urne Virtuelle.

Une fois le dernier bulletin encodé, l’Urne Virtuelle a immédiatement fourni les résultats du dépouillement, qu’il n’y avait plus qu’à transcrire sur les PV.
Cette étape n’a pas été photographiée, mais elle a aussi bien fonctionné qu’en octobre 2012.

L’avis indépendant et impartial des assesseurs

Cette année-ci, ce sont les assesseurs qui se prononceront sur l’expérience. En toute indépendance et impartialité.

Aucune réticence lors de la rédaction du PV de dépouillement non plus.
Nous avons proposé, au témoin, de tirer quelques bulletins au hasard, dans le tas de sortie.
Nous les avons comparés à leurs homologues enregistrés en base de données, sur base du numéro identifiant.

Après encodage du dernier bulletin, il a encore fallu recopier les PV de dépouillement sur les formulaires officiels.
Pour éviter toute erreur de recopiage, on les a relus à haute voix, avant de démonter et de ranger l’ordinateur.

Malgré qu’on ait commencé avec une heure de retard, et hérité du bulletin le plus complexe, nous avons a déposé notre PV dans les premiers.
Il a été immédiatement accepté par le greffe.

Dissolution du bureau de dépouillement et remise des sacs de bulletins dans le camion à 21:30
Et une heure plus tôt, si nous avions reçu notre première urne à l’heure.

Le vote électronique à ces mêmes élections.

Statistiques

Nombre de bulletins 1694
Premier bulletin encodé à 16:05:28
Dernier bulletin encodé à 19:38:36
Durée de l’encodage 03:33:08
En moyenne, un bulletin encodé en 7,55 secondes

En conclusion

La différence majeure entre l’Urne Virtuelle et le vote électronique, c’est que l’Urne Virtuelle est moderne, et qu’elle fonctionne par Internet.
Je serais heureux qu’elle puisse rendre le même service, au Pays tout entier, lors du prochain scrutin.
Techniquement, c’est possible.

Merci pour l’attention que vous lui consacrez.

Christian Mascart,
Analyste - programmeur.

Professeur honoraire de programmation orientée objets à la Haute Ecole de Louvain en Hainaut.

Les déboires du vote électronique, c’est du passé.
Aux prochaines élections, c’est comme ça que ça va se passer :