Les saisons

Une vue d’ensemble du système solaire, depuis le pôle nord de l’écliptique.
Ce graphe est zoomable, avec la glissière inférieure droite de l’applet. Il montre les planètes géantes

 
Précession  
Lune  
Nœud  
Mercure  
Vénus  
Terre  
Mars  
Zoom :  
- -
Votre navigateur ne supporte pas <Canvas>

Graphique interactif

Toutes les glissières sont à zéro à gauche, sauf la précession des équinoxes, qui l’est au centre.
Les planètes ont leur zéro en bas, par analogie avec la Terre, qui est à zéro au solstice d’hiver, le point le plus bas de son orbite (déclinaison minimale dans l’hémisphère nord).
La ligne des des nœuds respecte les conventions astronomiques : zéro à l’équinoxe de printemps, à droite.
Les arcs rouges représentent les fenêtres d’éclipse, directement dépendantes de la ligne des nœuds.

L’angle affiché à gauche de la glissière du noeud n’est donc pas le même que dans le Simulateur (applet Java).

La planète Mars n’est représentée que si le zoom est inférieur à 80 %, vu la taille de son orbite.
Autrement, sa glissière est inaccessible.

Contrairement aux planètes, l’angle de la Lune est défini par rapport à l’alignement Terre-Soleil.
Il présente donc la phase de la Lune, et non sa position tropique.

La Terre effectue le tour du Soleil en un an.
Durant sa révolution circumsolaire, elle franchit quatre points remarquables:

  1. Le solstice d’hiver (21 décembre)
  2. L’équinoxe de printemps (20 mars)
  3. Le solstice d’été (21 juin)
  4. L’équinoxe d’automne (23 septembre)

Ces quatre étapes définissent les saisons.

Les deux saisons de droite (hiver et printemps) sont les saisons ascendantes (les jours rallongent)
Les deux saisons de gauche (été et automne) sont les saisons descendantes. (Les jours raccourcissent).

Le diamètre horizontal est la ligne des équinoxes.
La projection de son extrémité droite (l’équinoxe de printemps) sur la voûte céleste s’appelle le point vernal, il détermine l’origine (0, 0) des coordonnées célestes.

Les saisons d’éclipses

La Lune gravite autour de la Terre selon une orbite inclinée dont la ligne des nœuds définit l’intersection avec l’écliptique.

La ligne des nœuds conditionne l’existence de deux autres saisons, moins connues du grand public:

Les saisons d’éclipses.

Il s’agit des deux périodes de l’année durant lesquelles une éclipse est possible.
Représentées par deux petits arcs rouges, elles durent chacune environ trois semaines.
Leur existence est directement conditionnée par la ligne des nœuds, qu’il suffit de reporter au départ du Soleil.
Etant donné que la ligne des nœuds tourne en 18 ans et demi, les saisons d’éclipses glissent d’une année à l’autre.

Les planètes intérieures.

Un graphe suffisamment grand pour représenter l’orbite de la Terre englobe les orbites des planètes intérieures.
Mercure et Vénus gravitent à une distance du Soleil inférieures à la nôtre.

Mercure, toujours proche du Soleil, et relativement sombre comme la Lune, est difficile à obsever.
Vénus est la sœur jumelle de la Terre.
Son épaisse atmosphère d’acide sulfurique la rend jaunâtre et particulièrement brillante.

Elle peut s’éloigner du Soleil jusqu’à 45°.
Aux élongations maximales, elle peut briller en fin de nuit, avant son lever, ou en début de nuit, après son coucher.
De ce fait, elle était appelée l’étoile du soir ou du matin.

Les Romains l’appelaient respectivement:

Avant de comprendre qu’il s’agissait d’un seul et même astre, qu’ils ont affecté à la déesse de la beauté et de l’amour: Vénus.

Vénus

Tout comme la Lune, Vénus se présente à nous selon quatre phases:

  1. Conjonction inférieure:
    Entre le Soleil et la Terre, c’est la nouvelle Vénus, qui nous présente sa face sombre, entourée d’un halo atmosphérique lumineux. C’est lors de cette phase qu’ont lieu les transits.
  2. Elongation maximale à droite:
    C’est l’étoile du matin, Lucifer pour les Romains.
  3. Conjonction supérieure:
    C’est la pleine Vénus, derrière le soleil, impossible à observer.
  4. Elongation maximale à gauche:
    C’est l’étoile du soir, Vesper pour les Romains.

Vénus tourne autour du Soleil en 225 jours, mais vu que la Terre se déplace aussi pendant cette période, le renouvellement complet des quatres phases prend plus longtemps.
Attention: Le nom (Lucifer, Vesper) mentionné sur Vénus lors des élongations sont le nom de la phase et non celui de l’astre lui-même.


Ce graphe ne mentionne délibérément pas les signes du zodiaques:

Les planètes géantes

Le graphe des saisons représente l’ensemble du système solaire à l’échelle.
Les distances au soleil et entre planètes sont respectées.

La glissière de droite (Zoom) permet de zoomer sur le centre du système solaire, pour observer les planètes intérieures, ou de dé-zoomer pour voir les géantes gazeuses.
Elle ne fonctionne que lorsque le graphe est agrandi (Vue / Un graphe).
C’est actuellement le seul graphe zoomable du Simulateur Astronomique.

Les planètes géantes peuvent aussi passer dans le fond du Panorama 3D.
Lorsqu’une planète passe dans le fond du Panorama, cela signifie qu’elle est de l’autre côté du Soleil, qui s’interpose entre elle et nous.
Il est donc impossible de l’observer.

Lorsque les saisons et la déclinaison sont côte à côte,
une ligne grise entre les deux graphes établit la relation entre la Terre sur son orbite et la hauteur du Soleil dans le ciel à midi (sa déclinaison):

Lorsque la Terre est en haut du graphe des saisons (solstice d’été), la déclinaison du Soleil est maximale.
En déroulant le menu Graphes:

Une ligne grise tracera l’équivalence entre la Terre du graphe des saisons et la déclinaison du Soleil.
Plus la Terre se rapproche du solstice de juin, plus le Soleil est haut, et inversément.

Les paysages saisonniers

Lorsque le graphe est agrandi, et que le zoom est > 80%, une vignette montre un paysage européen correspondant à la saison.
Chaque image couvre 5 ° de l’orbite terrestre. Elle dure donc un peu plus de 5 jours.

Hiver (0° → 89°)

Printemps (90° → 179°)

Eté (180° → 269°)

Automne (270° → 359°)