Le Panorama

Lune 000
Nœud 000
Mercure 000
Vénus 000
Terre 000
Mars 000
- -

Le Panorama offre une vue 3D du système solaire jusqu’à Mars, ou Neptune en dé-zoomant.
L’observateur occupe une position fixe derrière la Terre.

Le plan de l’écliptique, en rouge, ne tourne pas, c’est la Terre qui tourne autour du Soleil dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.
Du fait de sa position fixe derrière la Terre, l’observateur a l’illusion de voir le plan de l’écliptique tourner dans le sens des aiguilles d’une montre.

Il a aussi l’impression de voir Mars tourner dans le sens inverse des autres planètes.
Mars tourne dans le même sens, mais plus lentement que la Terre.
Elle semble donc reculer.

L’orbite lunaire est légèrement (5,1°) inclinée sur l’écliptique.
Le nœud ascendant est relié au nœud descendant par la ligne des nœuds, qui transperce la Terre.

L’axe des pôles (en blanc) transperce la Terre en passant par les deux pôles.
C’est autour de lui qu’elle effectue son mouvement de rotation quotidien.

Il est incliné de 23° 27’ sur le plan de l’écliptique.
Cette inclinaison est probablement une conséquence du big splash, qui a fait basculer l’axe de la Terre.
Elle est relativement constante à l’échelle d’une vie humaine.
Il décrit une révolution complète sur lui-même en 25.800 ans: c’est la précession des équinoxes.

Attention, le mouvement d’oscillation de l’axe des pôles sur ce graphe n’est pas la précession des équinoxes, mais un mouvement apparent relatif au fait que l’observateur tourne autour du Soleil avec la Terre, derrière elle et dans le même sens.

L’axe des pôles est la clef de compréhension des saisons:

Il en va de même de la Lune, qui connaît douze solstices d’été par an, à chaque fois que l’axe des pôles penche vers elle.
Le 24 octobre, l’axe des pôles penche vers la position qu’occupe la Lune pendant la phase gibbeuse décroissante.
En affichant le Panorama et la déclinaison côte à côte, vous verrez la corrélation entre

Mars

Le Panorama affiche Mars lorsqu’il est en opposition supérieure ou inférieure.
J’ai pris pour référence l’opposition du 03 mars 2012.

L’axe des pôles de Mars est incliné de 25°, presque comme sur Terre.
Mars comporte aussi des saisons, tout aussi prononcées que sur Terre, mais deux fois plus longues.

L’option Fixer Mars:

permet de garder Mars en vue en permanence.
Dans ce cas, Mars cesse d’orbiter, pour occuper une position fixe en bas à gauche de la Terre.
Pour ne pas surcharger, la Lune et son orbite disparaissent.

Lorsqu’un astre est au solstice d’été, il est visible de toute la calotte polaire nord (ou sud pour l’été austral).
Au-delà du cercle polaire, on peut non seulement voir le soleil de minuit, mais aussi:

Voir la nouvelle lune à minuit est évidemment un euphémisme, puisque cette phase n’est pas visible,
sauf en cas d’éclipse solaire.
Cela signifie qu’en été, la nouvelle lune ne se couche pas à minuit au-delà du cercle polaire.

Le Panorama explique pourquoi.

Le balancement de la Terre

La Lune est le plus gros satellite du système solaire, comparé à la taille de sa planète.
Cela signifie que la Lune ne tourne pas directement autour de la Terre, mais que les deux astres gravitent autour d’un seul et même barycentre, situé à l’intérieur de la Terre.

Si ce barycentre était à l’extérieur de la Terre, le système Terre - Lune serait une planète double.
Il s’ensuit un léger balancement de la Terre autour de ce barycentre, pour contre-balancer le poids de la Lune.

La Terre et la Lune tournent comme deux filles qui se tiennent par les mains :

Ce procédé a permis la détection des exoplanètes

Les bras figurent le lien gravitationnel entre la Terre et la Lune.
La Terre, beaucoup plus lourde que la Lune, effectue un léger balourd autour du barycentre, alors que la Lune orbite à 384.000 km de celui-ci.

Lorsque le panorama est maximisé, les planètes extérieures défilent en arrière-plan.

Le mouvement que nous en percevons est relatif à celui de la Terre en mouvement, que nous suivons.
La planète nous semble se déplacer d’autant plus vite qu’elle est loin de nous, et donc lente dans l’absolu.
C’est ainsi qu’en mars 2013, Uranus semble dépasser Mars.

Le mouvement martien nous semble d’autant plus lent que la période orbitale de Mars (2 ans) est plus proche de la nôtre que celle d’Uranus (84 ans).
Plus la planète a une période orbitale proche de la nôtre, plus ses oppositions seront espacées.
Il s’agit d’un phénomène comparable aux battements utilisé par les accordeurs de pianos.

A l’inverse, une étoile lointaine, qui peut être assimilée à une planète dont la période de révolution est infinie, revient en opposition chaque année à la même date.

(Sous réserve de la précession des équinoxes.)

C’est ainsi qu’est né le mythe de l’anti-Terre, une planète hypothétique perpétuellement en opposition par rapport à la Terre, gravitant sur la même orbite.
Diamétralement opposée à nous par rapport au Soleil, nous ne pourrions en percevoir l’existence.

Comme la Terre, l’Anti-Terre aurait pu abriter la vie, et même une civilisation évoluée.
L’exploration spatiale en a infirmé l’existence.